• Récolter, broyer, extruder et recommencer :)

    llo02/12/2017 at 21:20 0 comments

    Si je veux poursuivre le projet, je me retrouve devant un obstacle de taille : les filaments en PMMA recyclé ne sont pas trouvables à tous les coins de rue (s'ils sont trouvables ou que ce soit d'ailleurs) et pour cause : extruder du PMMA recyclé recquiererait d'abord de le trouver, puis de le broyer puis de fondre les pellets (le résultat du broyage) en rouleau de filaments. La technologie ne se dirige pas vers ça actuellement ..... quoi que !

    J'ai trouvé plusieurs projets de broyeur open-source qui m'ont permis de créer une version portative, et, cerise sur le gateau, j'ai trouvé des projets inspirants d'extrusion à partir de granulés et de pellets. Plus besoin de s'embêter à créer du filament, si on extrude directement les pellets. On gagne du temps, de l'argent, de l'energie et, ironie du sort, on peux vendre en vrac des pellets issus du recyclage des emballages :D

    TODO : Je dois d'abord prototyper le broyeur mais si je veux le faire de façon durable (et répliquable) cela requiert de faire fondre de l'acier dans des moules, pour créer les lames, la grille et le rotor. Et je n'ai pas encore ma forge solaire :D J'hésite entre un bricolage en attendant mieux et une imprimante qui imprimerait aussi l'acier en fusion :D

    EDIT : j'ai finalement trouvé des filaments de PMMA ici : http://www.makershop.fr/300-filament-pmma-plexiglas . Hourra :) je vais donc pouvoir finaliser le fichier stl de la lentille (en le découpant en puzzle) puis l'envoyer à impression pièce par pièce et j'aurai un premier prototype de lentille Fresnel \o/

    Quand j'aurai une lentille performante, il ne me restera plus qu'à m'attaquer au broyeur et à l'imprimante à creuset (après moultes réflexions, j'ai décidé qu'il était temps d'éteindre le concept de l'imprimante à pellet pour imprimer aussi le métal et le verre à faible coût :) ).

  • Fichier POV opérationnel ! :)

    llo02/05/2017 at 18:04 0 comments

    C'est avec un immense plaisir que je peux enfin poster une version 1.* du fichier POV de la lentille. Il m'aura fallu essayer et rater quelques jours et veiller et gagner quelques soirs pour qu'enfin tous les obstacles du langage soient franchis.

    • translate n'est pas aussi puissant que je l'aurai espéré, j'ai donc laissé tomber et suis partie sur une version "statique" ou chaque anneau de la sphère creusée est déposée au centre de la scène autour de la précédente, comme un oignon (il existe d'ailleurs un pigment onion mais je préfère ne pas m'y risquer, à vous de plancher là dessus si vous souhaitez ;) ).
    • Le code se compose d'une sphère, d'abord découpée pour obtenir une tranche verticale, laquelle est à son tour tranchée en son centre pour obtenir un anneau. La fonction mathématique pour trouver le diamètre exact du cylindre intérieur est en fait tout bêtement Pythagore : le triangle rectangle se trouve entre l'origine de la sphère et le cylindre, l'hypothénuse étant le rayon de la sphère. Plus facile à dire qu'à trouver :p Attention, on oubliera pas de multiplier la formule de calcul (a²+b²=c²) par 2, pour obtenir un diamètre et non seulement un rayon, ou ça ne donnera rien.
    • il est nécessaire, avant de découper les tranches, de réserver l'extrémité de la sphère sans ce tranchage, pour que le disque de la lentille soit fermé et que la concentration des photons soit au rendez vous.

    Je reste, malgré une légère déception à propos de translate, extrêmement satisfaite de POV ray, qui permet de réaliser des prouesses autrement plus impresionnantes que mon bricolage.

    Je vous joins donc le code final, KISS et tout mignon (47 lignes de codes, commentaires compris).

    #version 3.7;
    global_settings {assumed_gamma 1.0}
    
    // l'atelier
    light_source {<-6,2,0> rgb <1,1,1>}
    sky_sphere {pigment {gradient y scale 2 translate -1} }
    plane { <0,-1,0>, 1 pigment { wood } translate <0,-3,0> } // une table de travail
    
    camera {
    perspective
    //location <0,1,-8> // x,y,z vu de cote
    //location <0.5,4,0> // x,y,z vu de dessus
    location <-10,0,0> // x,y,z vu de face
    //location <-3,0,-2> // x,y,z vu de trois-quart
    look_at <0,0,0>
    }
    // ---------
    
    #declare x_sphere = -1.9;
    
    intersection { // premiere tranche, sans creusage
      sphere {  x_sphere,0,0> 2 }
      cylinder { <0,0,0> <0.1,0,0> 2}
      pigment { rgbt <0,0,1,.7> }
      finish {phong 2}
    } 
    
    #while (x_sphere < 0)
    
    #declare x_sphere = x_sphere+0.1;
    // Pour trouver le diametre du cercle interieur, on applique pythagore :
    // le rayon de la SPHERE est l'hypothenuse,
    // triangle est rectangle en x du CYLINDRE ;)
    #declare rayon_cylindre_interieur = 2 * sqrt(4 - ( -x_sphere * -x_sphere ) );
    
    difference {
      intersection {
        sphere {  2 }
        cylinder { <0,0,0> <0.1,0,0> 2}
      }
      cylinder { <-2,0,0> <2,0,0> 0.62}
    
    pigment { rgbt <0,0,1,.7> }
    finish {phong 2}
    }
    
    #end

    La prochaine étape ? Transposer ça en stl et s'attaquer à la recherche du matériau pour l'impression 3D !

  • Papier à musique

    llo01/20/2017 at 17:29 0 comments

    J'ai trouvé en POV ray le papier à musique que je cherchais (merci Whygee !) : c'est un lanceur de rayons, qui permet de créer des scènes sans avoir à passer par un modélisateur graphique. Tout se fait en bonne vieille ligne de commande, et son créateur a créé un outil qui permet de récupérer les coordonnées des objets dans un nuage, de les trianguler et d'en faire un STL qui passe quasi inaperçu ;)

    Le problème maintenant c'est la documentation, qui fait 400 pages format A4 et seulement en anglais. Je vais commencer par la traduire en français et je distribuerai cette traduction sur le site internet que je pense créer pour présenter le projet et ces productions une fois qu'on aura bien progressé ici. Sinon, eh bien, hackaday devra s'attendre à un léger upload :D

    Une fois la scène POV de la lentille créée et le stl récupéré, il ne restera plus qu'à prototyper !

  • Avancées

    llo01/08/2017 at 10:55 0 comments

    Le PMMA semble être le plastique de choix pour ce projet. En réalité, il s'agit d'un acrylique, plus connu sous le nom de plexiglas. Il est léger, résistant, possède de très bonnes propriétés optiques et plus important encore dans notre cas : il est extrudable et recyclable ! On peut se fournir en plexiglas dans les déchetteries (fouiner les phares de voitures cassés par exemple) et une fois qu'on en a, c'est pour toujours. ;)

    Extruder rime avec imprimer et quite à créer une forge solaire, dès qu'on propose d'extruder une lentille, créer le prolongement technologique d'une forge devient évident : une imprimante solaire. En parvenant à cuire une buse en céramique, il deviendrait possible d'extruder à peu près n'importe quel métal, verre, lave en fusion, ... La seule frontière est possiblement celle des 2680 degrés Celsius, qui signent la fonte des céramiques oxydes de type zircone (ZrO2) ... autant dire que tout en deça devient possible :D

    En plus, je n'ai pas envie de dépendre d'une imprimante classique, bien que je les aime (j'ai même traduit un livre sur le sujet :p), pour plusieurs raisons :
    - je veux m'affranchir à un certain degré de la dépendance aux technologies récentes, autrement dit, je voudrais qu'il soit possible d'extruder sans ordinateur, que ce soit à la main, ou avec un programme pas plus compliqué à reproduire que du papier à musique.

    - je n'ai pas envie de dépendre de l'électricité pour imprimer. S'il y a des moteurs, il faudra qu'ils soient alimentés par panneaux solaires et je voudrais que la buse soit chauffée par énergie solaire avec une lentille de Fresnel donc, or toutes les imprimantes sont dotées d'une résistance électrique.

    - je veux une imprimante transportable sur le même modèle que la forge, donc vraiment légère, résistante et facile à réparer ou à recréer, à l'identique ou en mieux.

    Bref, je souhaite une réelle souveraineté technologique pour toutes celles et ceux qui l'utiliseront :)